L'expo

A Angoulême, chaque lieu d'expo et chaque pavillon était entièrement ratissé par des chiens avant l'ouverture.
Un policier nous explique qu'ils sont dressés à renifler les substances qui servent à fabriquer les explosifs.
Pour amuser mon éditrice, je prends un air inquiet  : "Ils ne sont pas aussi dressés à renifler la drogue au moins !?".
Le type, l'air blasé, me répond : "Bah, tous les auteurs me font cette blague quand je leur explique."

L'expo

Le colis

L'auteur que l'on peut voir en dernière case est Robin Walter,
qui a créé la bande dessinée "KZ Dora"
(du nom d'un camp de concentration dans lequel a séjourné son grand père),
que je n'ai pas lu car j'attends l'intégrale qui sort en mars.
Il est aussi l'auteur de "Prolongations", ouvrage en deux tomes sur la sociologie du foot,
que l'ensemble de la presse et des auteurs (fans du ballon rond ou pas)
s'accordent à trouver excellent.
Le tout aux éditions "Des ronds dans l'O",
forcément.

L'irréparable

L'idée de ce gag m'est venue comme une illumination
en voyant hier soir Mademoiselle Else au théâtre Garonne
par la compagnie TG Stan
(il y a aussi bien entendu une composante autobiographique,
comme pour l'ensemble de ce blog,
qui ne relate que des hsitoires rigoureusement exactes,
avec quelques menus ajustements
pour rendre ces expériences communicables).
Alors est-il utile et même éthique que j'aille au théâtre
voir des pièces sublimes,
si c'est pour en tirer des choses aussi débiles ?
La question reste posée.

L'irréparable

Pages

S'abonner à BarbOOz RSS